Vue de l’exposition Temps d’un espace-nuit,

Post-Production, 2018
Crédit photo : Pierre Schwartz